fr
en

On a testé pour vous : le confinement

17 Jun. 2020
Christophe Bicchierai Consultant - Expert rendu
Christophe Bicchierai

J’ai profité de la baisse d’activité liée au confinement pour faire un peu de rangement dans mes assets, me former et restructurer une partie de mon workflow. Il faut penser aussi à comment allons-nous travailler “après”. Sans doute une partie de nos clients conserveront quelques jours de télétravail.


La formation

Notre métier évolue vite et une clef de notre réussite est la formation. D’habitude je me forme lorsqu’une question émerge durant la phase de préparation d’un projet ou lorsque je vois certaines magnifiques images de collègues et que je me demande “comment il a fait ?”. Pendant le confinement de nombreuses plateformes de formation en ligne ont offert des cours gratuits. Les éditeurs ont également profité de l’occasion pour diffuser plus de webinars ou formations. Que ce soit simplement par curiosité, plaisir ou pour rafraîchir des connaissances, j’ai visionné une 50 heures de training. Celles qui m’ont le plus intéressées : celles sur Guerilla Render et de Johannes Lindqvist.  


Johannes Lindqvist Youtube: https://www.youtube.com/channel/UCvQZI8x6BiGomx5XvclA9aA

Johannes Lindqvist Patreon: https://www.patreon.com/vizguru


Guerilla Render Youtube Tutorials

https://www.youtube.com/watch?v=cAbVIqYSydY&list=PLdQjJrr3GY7DH3AHh7wRnk0oRGJw2ad7g


Nettoyage de printemps

Il en va des disques durs comme des garages : on entasse, on stocke, ça peut toujours servir et au final on se retrouve avec des objets mal identifiés et dont une grande partie ne servira jamais. On trouve depuis quelques années maintenant d’excellentes textures et modèles 3D. Inutile de se traîner des vieilles textures en 512 pixels et des voitures du siècle dernier. Tout ça peut aller directement à la benne. Des gigas retrouvés et plus de clarté dans les dossiers.  


Parmi les survivants :

https://www.friendlyshade.com/
https://www.arroway-textures.ch/
https://www.viz-people.com/
https://www.designconnected.com/fr/
https://maxtree.org/
https://humanalloy.com/


Nouveaux logiciels

Il me manquait un logiciel pour créer mes planches de références. J’étais un peu à l’ancienne, des copier-coller dans photoshop. Et puis je me suis rappelé PureRef, qui permet simplement (en glisser-déposer) de créer et d’agencer un planche d’images. Pourquoi ne l’avais-je pas intégré avant ? Mystère. Il faut se familiariser un peu avec les raccourcis clavier mais maintenant je l’ai adopté.  

https://www.pureref.com/


Il y a eu quelques promos aussi durant le confinement. J’en ai profité pour acheter Affinity Photo. J’aimerais le tester pour la post prod sur des fichiers 32 bits pour voir ce qu’il permet de plus que Photoshop.

J’ai également mis au propre mon workflow dans 3ds max. Pour le travail des textures substance painter / designer faisait déjà partie de mon set que j’ai complété par une souscription chez Quixel. Le plugin de connexion fonctionne bien et leur bibliothèque apporte des matériaux, maps, modèles 3D complémentaires à ce que je peux trouver sur Substance Source.

Au passage petit tuto pour connecter Quixel à 3dsmax 2021 > https://www.youtube.com/watch?v=Lz-TzWYK-gE&feature=emb_logo


J’ai également profité du nettoyage de printemps pour installer Design Connected comme gestionnaire de ma bibliothèque d’assets. C’est dans les vidéos de Johannes Lindqvist que je me suis rendu compte que je passais vraiment à côté d’un outil qui permettait de booster la productivité. Je l’avais déjà testé mais le prérequis me semblait être d’avoir une bibliothèque d’assets déjà utilisables et non un grand vide grenier.


Echange de fichiers
Sur les échanges de fichiers cela fait quelques années que le processus est rôdé. J’utilise un service cloud (dans mon cas offre Google One - 100 Go / 1,99 euros par mois) avec un dossier partagé par projet. Il existe d’autres fournisseurs comme DropBox ou Microsoft OneDrive. Ponctuellement j’utilise aussi des services comme wetransfer.com ou fromsmash.com

Je suis assez tenté par une voie alternative qui consisterait à utiliser mon NAS. J’ai un NAS Synology et il existe un suite dédiée pour le partage et la collaboration. Je suis confronté à une question essentielle que de nombreuses sociétés ont dû avoir durant le confinement : la sécurité. Dans quelle mesure ouvrir l’accès à son NAS -avec un système aussi répandu que peut l’être Synology- ne m’expose pas inutilement.  

https://www.synology.com/fr-fr/dsm/feature/drive


Relation avec les clients

Le confinement n’a pas changé grand-chose sur le retour client. Généralement cela passe par un appel téléphonique et un partage d’écran. Pour les clients très réguliers et un peu geek on pourrait imaginer de mettre en place des solutions en ligne de type wipster, filestage ou frame.io qui permettent de commenter directement sur une image ou une vidéo.

J’utilise aussi un tracker d’activités qui me permet de savoir le temps de travail par jour. Dans mon cas il ne détecte que l’utilisation des softs pas le nom des fichiers de travail.

https://www.rescuetime.com/


Relation avec d’autres freelances sur des projets communs

Là aussi le confinement n’a pas changé grand-chose, c’est une méthode qui est déjà rôdée avec mes confrères. Partage d’un dossier sur le Google Drive, ouverture d’un canal sur Discord ou Slack et point régulier par skype ou tout autre outil de vision-conférence. Je dirais que le point central c’est de s’entendre dès le début du projet sur une nomenclature des noms de fichiers et sur l’arborescence des dossiers, sinon cela devient vite le chaos. C’est le premier document que nous créons et qui est posé à la racine de notre dossier de travail.
Il m’arrive parfois de me tromper quand je rends une séquence d’images. J’utilise alors Bulk Rename Utility qui permet de renommer un ensemble de fichiers.


https://www.bulkrenameutility.co.uk/


J’ai eu l’occasion de réaliser quelques projets de bonne taille et si on est rigoureux, il n’y a pas de souci particulier si on possède une connexion internet qui permet l’échange rapide des fichiers.


Quelques initiatives de plateformes full-web pour créer un studio virtuel composé de plusieurs acteurs distants existent mais pour l’instant je n’ai pas l’impression que les freelances aient adhéré au concept.