fr
en

On a testé pour vous : tyFlow

Plugin de particules pour 3ds Max

07 Jun. 2019
Christophe Bicchierai Consultant - Expert rendu
Christophe Bicchierai

Lassé de voir le système de particules de 3dsmax (PFlow) à l’abandon, Tyson Ibele a décidé de se lancer dans l’écriture d’un système de particules pour 3ds Max : voici TyFlow.

Ses features modernes (multithreading, granular solver, support de PhysX, différentes méthodes de fracturation...) et les vidéos régulièrement postées sur le compte instagram de Tyson durant les mois de développement ont suscité la curiosité et l’engouement des utilisateurs.

Sorti en version beta depuis avril, j’ai voulu faire quelques tests. Depuis le site beta.tyflow.com vous pouvez télécharger la version beta gratuite. Il y a aussi des scènes test toujours très intéressantes pour débuter et comprendre le fonctionnement d’un logiciel. 

Pour installer tyFlow, il suffit de copier/coller une .dlo dans le dossier plugins de 3ds Max. Rien de bien compliqué. On retrouve ensuite tyFlow dans la partie Create>Geometry de 3ds Max.

La prise en main est rapide. De nombreux tutoriaux sont disponibles sur internet et couvrent les principales fonctions de tyFlow comme l’émission de particules simples ou granulaires, les fracturations, le cloth, les splines...

tyFlow a sa propre fenêtre d’édition. Pour créer un système de particules on empilent des opérateurs dans un event. Un opérateur c’est une fonction simple : “émet des particules”, “donne une vitesse”, “compte X frames avant de faire cette action”. On peut créer différents events et tyFlow peut passer de l’un à l’autre en exécutant des tests logiques. Par exemple on peut créer un event qui envoie des particules avec un test de distance par rapport à un objet. Si le test est validé, on demande à tyFlow de basculer vers un autre event qui explose une particule en plusieurs particules.

Les opérateurs sont accessibles pour des drag and drop d’icônes ou directement depuis l’éditeur avec la touche TAB et les premières lettres de l’opérateur, ce qui permet de très rapidement donner naissance à notre simulation. La construction des events est donc facile.

La documentation n’est pas très riche visuellement mais tous les opérateurs (pratiquement une centaine) sont bien décrits. Ils sont classés par couleur suivant leur catégorie (emitter, test, fracture…). Les paramètres restant assez nombreux, avoir la doc ouverte dans un coin et y  jeter un petit coup d’oeil à chaque nouveaux opérateurs vous permettra d’être encore plus rapide dans votre apprentissage.

Je trouve tyFlow particulièrement agréable à utiliser, l’interface est claire et sans parler d’intuitivité, on peut dire que les principes de base s'acquièrent facilement.   

J’ai été également surpris par la vitesse des simulations. Cela nous permet de pouvoir tester des variations autour de notre simulation de base sans passer trop de temps en calcul. Un bon point de plus pour tyFlow.

Conclusion :

Si vous êtes sous 3ds Max, n’hésitez à prendre quelques heures pour vous amuser avec tyFlow. Même si les VFX purs et durs ne sont pas votre domaine, il pourra vous ouvrir l’esprit sur des réalisations graphiques que vous pensiez hors de portée. 

Un grand merci à Tyson pour cette très belle réalisation !

Pour aller plus loin :